1 mois de confinement pour Maxime, pôle comptabilité et audit - directeur de missions

Cela fait plus d'un mois que toute l'équipe d'Analys est en télétravail. Les clients ne pâtissent donc pas du confinement de l'équipe.
Mais comment le vit l'équipe ?
Aujourd'hui, c'est Maxime Chambon qui a la parole et vous fait part des ses ressentis, de sa vie de tous les jours .... et les journées sont longues en ce moment !

Maxime, depuis quand êtes-vous en télétravail?


Je suis en télétravail depuis le mardi 17 mars sans avoir remis les pieds dans nos locaux du 6e arrondissement à Lyon.

Où travaillez-vous chez vous?


Je travaille depuis mon salon/cuisine en ayant ajouté une table supplémentaire qui était destinée à être vendue sur Le bon Coin, mais l'épidémie Corona à changer le plan. La table sera vendue post-Covid 19...
Je travaille avec une connexion internet, mon PC portable et un système de double écran comme au bureau. Mes moyens physiques de travail sont les mêmes par rapport à l’avant-confinement.

Quels sont les côtés positifs ?


Je m’épargne les temps de déplacement aller-retour soit 1h30 par jour ; les déplacements à répétition sur Lyon, sa région et sur Paris sont mis sur pause le temps du confinement.
Le fait d’être à la maison et de ne plus avoir à répondre au standard téléphonique entraîne une baisse du stress au travail. C’est plus cool ! et mes tenues sont plus décontractées pour “aller” au travail

Les grands plus : 
- plus d’efficacité au travail, car il y a moins de perte de temps (pause-café, répondre au téléphone, etc.)
- plus de souplesse dans l’organisation de sa journée
- encore plus de solidarité entre les membres de l’équipe, nous faisons d’ailleurs des points réguliers avec toute l’équipe, notamment via des conférences audiovisuelles grâce à Teamviewer

Les côtés négatifs ?


Les collègues me manquent par le fait de ne plus les voir physiquement même si on a régulièrement des contacts téléphoniques. Il y a moins d’échanges et de rires qu’à l’habituel avec Jean-Philippe !
Il n’y a plus la pause-café du matin et le déjeuner du midi avec les collègues où l’on échangeait sur des sujets en dehors du travail (famille, déroulement des week-ends respectifs, etc.)
Je n’ai pas d’imprimante donc beaucoup plus de travail sur écran, ce qui entraîne une fatigue visuelle et cérébrale en fin de journée. Je n’ai pas de bureau isolé où travailler, je peux donc facilement être perturbé par le bruit de la télévision ou du bruit dans la rue.
Avec la suppression des temps de déplacements, j’ai une tendance à finir plus tard le soir, vers 19h30-20h contre au maximum 19h quand je suis au bureau. On ne voit pas le temps passer…
Du fait de l’arrêt de ces déplacements, il y a un retard considérable sur l’avancement des missions d’audit. Cela concerne uniquement Jean-Philppe Bochnakian et moi. Et je sais que lorsque le confinement sera terminé le redémarrage de l’activité économique en France va entraîner encore plus de travail pour les cabinets comptables.

Comment le vit votre famille ?


Positivement pour ma compagne, car elle me voit plus, mais en même temps elle doit plus me supporter…
Positivement pour ma famille proche (parents et frères) aussi, car il y a une limitation des contacts donc faible probabilité de contracter le virus. Ils sont moins en souci par rapport au début de l’épidémie où j’avais beaucoup de déplacements donc plus de probabilité de contracter le virus.
Cet épisode Corona renforce aussi les liens sociaux avec la famille et les amis (WhatsApp vidéo, Skype et appels téléphoniques).

Travaillez-vous plus ?


Oui, car il n’y a plus de temps de transport qui forçait à se fixer une heure limite de départ du bureau.
La notion du temps est plus vague. Je travaille 10h/jour contre 8h30-9h habituellement.

Ce qui change dans la relation avec vos clients ?


J’ai surement plus d’empathie pour les clients.
Nous communiquons beaucoup plus par mails que par téléphone.
Le rôle d’accompagnement du cabinet d’expertise comptable est renforcé : accompagnement des clients pour les financements bancaires, fonds de solidarité, chômage partiel, aides sociales URSSAF, réponse aux demandes des clients concernant les mesures prises par le Gouvernement en faveur des entreprises, etc.
L’image de marque du cabinet renforcée via sa communication régulière et efficace : nous avons beaucoup de messages de remerciements des clients concernant l’accompagnement et la communication du cabinet

Comment sentez-vous vos clients ?


Ils demandent tous à être accompagnés et rassurés par leur expert-comptable dans leurs démarches : chômage partiel, financement BPI, Fonds de Solidarité. Ils ont besoin du savoir-faire technique de leur expert-comptable en matières sociale et fiscale.
Les dirigeants d’entreprises qui étaient déjà en difficulté avant la crise COVID-19 sont de plus en plus inquiets concernant la pérennité de leur entreprise.
Par contre, les dirigeants des sociétés bien structurées ne sont pas très inquiets quant à la marche de leurs affaires.

Et vous Maxime, comment vous sentez-vous ?


Bien, mais il ne faut pas que le confinement dure trop longtemps, car c’est dur psychologiquement du fait de la réduction de liberté de mouvement (sensation d’enfermement à la maison) d’autant que j’habite en appartement. Je n’ai donc pas d’espace vert pour m’aérer l’esprit.
Étant donné que les loisirs sont considérablement limités et plus particulièrement le week-end, on a plus tendance à penser à son boulot que sa vie personnelle, surtout qu’il y a beaucoup plus de sollicitations de clients concernant les mesures gouvernementales qui honnêtement sont très floues.